fbpx

L’école primaire Montessori : Apprendre à construire l’homme de demain

« L’enfant a un pouvoir que nous n’avons pas, celui de bâtir l’homme lui-même. » disait Maria Montessori. Avant tout, au cœur de la pédagogie Montessori, on retrouve le principe fondamental du développement de l’enfant dont l’aboutissement révèle un adulte libre, indépendant, autonome et responsable.

C’est pourquoi l’école primaire  Montessori, au-delà des apprentissages fondamentaux, construit son approche éducative comme une « aide à la vie ». Cependant, nous nous posons beaucoup de questions à l’égard de la méthode Montessori.

Y-a-t-il une permissivité de la part de l’éducatrice dans la classe ? L’enseignement correspond-il à celui du système classique ? En quoi le matériel permet-il l’acquisition de savoirs ? Choisir son propre travail est-il un gage de réussite scolaire ?

Nous avons observé le fonctionnement d’une école  primaire  Montessori, Les Coquelicots, à Saint Rémy de Provence pour éclairer notre analyse.

L’école primaire Montessori : L’ambiance de la classe

L’organisation de l’espace dans une école primaire Montessori

Les ambiances

Une école primaire Montessori compte deux ou trois ambiances. C’est-à-dire une ambiance 3-6 ans et une ambiance 6-12 ans ou une ambiance 6-9 ans puis 9-12 ans. Dans chacune des ambiances, on trouve le matériel pédagogique adapté. Il est disposé selon le domaine auquel il appartient.

On trouve généralement : Le matériel de vie pratique et le matériel sensoriel, le langage et les mathématiques puis la culture pour une classe maternelle. En ce qui concerne les plus grands, leur ambiance ne compte plus le matériel de vie pratique et de vie sensorielle. Cependant, il est intéressant de noter que les ambiances communiquent.

Ainsi, tous les enfants ont l’occasion de se rencontrer à un moment ou un autre.

Le mouvement

L’espace de travail d’une école primaire Montessori est organisé de sorte que les enfants puissent autant s’attabler pour travailler que déployer un tapis au sol pour leur activité. En effet, dans une école Montessori, les enfants peuvent se mouvoir quand ils le souhaitent.

En fait la liberté de mouvement facilite chez l’enfant la concentration et donc le développement de son intelligence. En fin de compte, entraver le mouvement naturel chez l’enfant revient à séparer deux éléments imbriqués et constitutifs du développement de l’intelligence : le mouvement physique qui complète celui de la pensée.

Ainsi, l’espace doit être suffisamment grand pour que chaque enfant puisse exercer sa liberté de bouger et de s’installer là où il souhaite travailler.

Trouver la joie d’apprendre à l’école primaire Montessori

« L’intelligence ne grandit et ne porte de fruits que dans la joie. La joie d’apprendre est aussi indispensable aux études que la respiration aux coureurs. » (Maria Montessori) Au cœur de la joie d’apprendre on trouve le respect profond de l’épanouissement de l’enfant à travers les étapes de son développement.

Les périodes sensibles et le libre choix du matériel

Maria Montessori a identifié 6 périodes sensibles en observant les enfants de 0 à 6 ans :

  • La période sensible de l’ordre
  • Le raffinement des sens
  • Le langage
  • Le mouvement
  • Les petits objets
  • Le comportement social

Les périodes sensibles sont des moments assez brefs pendant lesquels les enfants s’intéressent à quelque chose en particulier. Ce sont d’excellents vecteurs d’apprentissage car l’enfant va spontanément se diriger vers un matériel en lien avec ce qui l’intéresse. C’est pour cette raison que Maria Montessori a instauré dans sa Maison d’enfants le libre choix du matériel.

Comment contrôle-t-on les connaissances des enfants dans une école primaire Montessori ?

Nous sommes en effet nombreux à nous poser cette question. A vrai dire, c’est notre schéma éducatif qui va induire cette question. Au fond, nous pouvons être convaincus de l’efficacité de la méthode Montessori et quand même être inquiets quant à l’éventuel retour de nos enfants à l’école publique.

A l’école des Coquelicots, la méthode est efficace : comparer les attendus du système éducatif traditionnel avec les apprentissages Montessori. Ainsi, la comparaison donne lieu à une correspondance entre les deux systèmes. Les éducatrices établissent des livrets individuels qui permettent aux parents de suivre la progression de leur enfant et de situer son niveau pour l’éducation nationale.

L’école primaire Montessori et la discipline

On entend parfois que la permissivité règne sur les écoles Montessori. Pourtant, cela va entièrement à l’encontre de la pédagogie. En fait, c’est une idée reçue.

Le respect des règles

En effet, l’enfant va progressivement s’imprégner de son environnement. Il va également comprendre que découvrir le monde qui l’entoure dépend de la discipline qu’il s’impose.

L’enfant suit un guide intérieur qui le mène sur le chemin de son propre développement. C’est la combinaison de ce guide intérieur et de sa liberté de mouvement qui le pousse vers l’autodiscipline.

Par conséquent, il y a peu de règles dans une école primaire Montessori. Elles consistent essentiellement dans le respect mutuel des uns avec les autres, dans le respect de soi-même et du matériel.

L’école primaire Montessori et l’acquisition des compétences sociales

Selon Maria Montessori, l’enfant nous révèle un homme meilleur. Aussi, la discipline que s’impose l’enfant à travers le respect des autres et de lui-même lui permet de développer indépendance et autonomie mais aussi confiance en soi et empathie.

Chaque enfant apprend au contact du groupe à rendre service, à être sûr de ce qu’il pense. Bref, chacun apprend à vivre en harmonie avec les autres.

Le respect mutuel

Par exemple, à l’école Les Coquelicots, nous avons observé une dispute entre deux enfants. L’un avait griffé l’autre. Le dernier était terriblement offusqué du comportement de son camarade qui soutenait l’inadvertance de son geste.

Grâce à l’apprentissage de la vie en groupe, ils ont pu s’expliquer, se réconcilier et se pardonner. Les éducatrices de l’école travaillent également avec les enfants sur le fait d’apprendre à comprendre la différence de l’autre.

De même, dans l’acquisition des compétences sociales et de la compréhension des règles, les éducatrices organisent des jeux collectifs, où solidarité, coopération et respect des règles sont de mise !

L’organisation de la journée à l’école primaire Montessori

De grandes plages horaires de travail

Pensez-vous qu’il soit possible de ne pas donner de récréation aux enfants ? Et bien oui. Dans une école primaire Montessori, on travaille deux heures et demi voire trois heures le matin.

Si les enfants n’explosent pas intérieurement et extérieurement, c’est parce qu’ils sont libres de leurs mouvements et de leurs activités. Cela crée une ambiance bienveillante propice à la concentration. Dans cette organisation, l’enfant concentré sur son matériel ne doit pas être interrompu.

Les enfants peuvent faire une pause : lire, écouter de la musique ou entamer une activité de sciences ou de géographie, de la peinture. Parfois, une pause peut se transformer en apprentissage. On voit alors l’enfant se concentrer et s’imprégner de son activité.

Les regroupements

Autour d’un cercle dessiné au sol, les enfants se regroupent. C’est en effet un moment de prise de parole.

A l’école primaire Montessori des Coquelicots, il y en trois : le premier le matin, le second à midi et le troisième avant de rentrer à la maison. L’objectif du regroupement est d’apprendre aux enfants à verbaliser et à ne pas craindre de parler en public.

C’est également un moment qui permet de dire ce que l’on a sur le cœur et un moyen de développer la confiance en soi.

La coopération et les tâches quotidiennes à l’école primaire Montessori

C’est un élément primordial d’une école primaire Montessori. Chacun collabore aux tâches quotidiennes de l’école. Ainsi donc, les enfants ont des missions quotidiennes qui sont inscrites sur un petit tableau.

Tandis que certains seront chargés de préparer la collation du matin (attention ils épluchent et découpent les fruits ! ) d’autres devront mettre la table pour le repas ou débarrasser celle-ci.

Dans ces conditions, une ambiance collaborative s’installe entre les enfants. Effectivement, ils s’habituent à partager les tâches quotidiennes, ce qui les amène vers une forme de solidarité naturelle. Par exemple, à l’école Montessori de Saint Rémy de Provence, les grands accompagnent les petits pour leur sieste et leur lisent une histoire.

Aussi, la solidarité naturelle entre les enfants les amène à transmettre eux-mêmes leurs savoirs.

Le rôle de l’éducateur Montessori

Il est garant de l’ambiance

L’éducateur est plutôt un facilitateur. « L’enfant nous demande de l’aider à agir seul » disait Maria Montessori.

L’éducateur va avant tout préparer l’ambiance. Il est le garant du bon déroulement des apprentissages autonomes des jeunes enfants et des plus grands.

L’enfant a besoin d’ordre pour évoluer dans son environnement en sécurité et en liberté. Le pédagogue doit veiller à ce que l’ambiance reste la même, à ce que le matériel soit rangé à sa place. Ainsi, il y a une routine à respecter dont l’enfant s’imprègne et dont il a besoin.

L’enseignante présente le matériel à l’enfant et observe attentivement sa progression. La neutralité et la bienveillance de l’équipe pédagogique garantit la qualité de l’ambiance.

Pourquoi devient-on éducateur ?

Les éducatrices de l’école les Coquelicots nous expliquent pourquoi elles ont décidé de se lancer. D’abord, le goût de l’enseignement, les remplacements de professeurs des écoles ont mis en avant des besoins pédagogiques nouveaux. Ensuite, pouvoir mener à bien leur vision de l’éducation et voir les enfants heureux d’apprendre.

Elles notent qu’une transformation des mentalités s’est déclenchée avec l’expérience de Céline Alvarez à Gennevilliers.

Qu’en-est-il du coût de la scolarité d’une école primaire Montessori?

Il est vrai que pour l’instant, tout le monde n’a pas accès aux écoles Montessori. En effet, les frais de scolarité sont élevés. Pourtant, l’optimisme est de mise à l’école Montessori de Saint Rémy. Dans la continuité de leur motivation et de leur engagement, les éducatrices proposent aux familles qui n’ont pas la possibilité de scolariser leurs enfants dans une école primaire Montessori des ateliers Montessori pendant les vacances !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’école primaire Montessori : Apprendre à construire l’homme de demain
Notez cet article

Pin It on Pinterest

Shares
Share This